Des vaccins contre le cancer et les maladies cardiovasculaires vont sortir d’ici 2030

D'ici 2030, des vaccins contre le cancer et les maladies cardiovasculaires pourraient voir le jour. C'est en tout cas ce que promet Paul Burton, le directeur médical de Moderna.

des vaccins vont arriver d'ici 2030 (photo : mat napo)
Des vaccins vont arriver d'ici 2030 (photo : Mat Napo)
Guillaume Guillaume

D’ici 2030, des vaccins contre le cancer et les maladies cardiovasculaires pourraient voir le jour. C’est en tout cas ce que promet Paul Burton, le directeur médical de Moderna.

Allons-nous enfin vers une avancée majeure ? C’est possible. Dans un article publié par The Guardian, Paul Burton, le directeur médical du groupe pharmaceutique Moderna, s’est exprimé sur les évolutions futures concernant les vaccins.

Quelques mois après la crise de la COVID-19, les recherches iraient dans le bon sens, notamment grâce au travail réalisé pour combattre le coronavirus, virus qui a tué et qui tue encore de nombreuses personnes dans le monde. « Nous aurons ce vaccin, qui sera très efficace et permettra de sauver des centaines de milliers, voire des millions de vies. Je pense que nous serons en mesure d’offrir des vaccins anticancéreux personnalisés contre plusieurs types de tumeurs à des personnes du monde entier » a ainsi déclaré le président médical de Moderna dans des propos qui donnent quelques espoirs.

Compte Twitter The Guardian

Toujours selon-lui, un vaccin anticancéreux à base d’ARNm pourrait être capable d’alerter lorsqu’un cancer venait à se développer dans l’organisme.

 « Je pense que dans dix ans, nous approcherons d’un monde où l’on pourra vraiment identifier la cause génétique d’une maladie et, avec une relative simplicité, aller la modifier et la réparer en utilisant la technologie basée sur l’ARNm. »

Paul Burton, directeur médical de Moderna
le cancer pourrait être décelé dans un futur vaccin (photo : national cancer institute)
Les vaccins avancent concernant les cancers (photo : National Cancer Institute)

Et en plus de travailler sur le cancer, Moderna chercherait des solutions pour faire face à l’augmentation des maladies cardiovasculaires, tout comme les maladies auto-immunes et les maladies rares. « Nous travaillons sur le cancer, les maladies infectieuses, les maladies cardiovasculaires, les maladies auto-immunes, les maladies rares. Nous avons mené des études dans tous ces domaines et elles se sont toutes révélées extrêmement prometteuses. »

De quoi donner quelques espoirs, même si, pour l’instant, selon The Guardian, les progrès réalisés « pourraient être gâchés si un niveau élevé d’investissement n’était pas maintenu. »

Partager cet article
Laisser un commentaire